Bible du CheminTestament Kardecien ©

Index Accueil Prochain chapitre

Revue spirite — Année XI — Juillet 1868

 <<< 


LE SPIRITISME PARTOUT


ALEXANDRE DUMAS — MONTE-CHRISTO n

« Ecoutez, Valentin ; avez-vous jamais senti pour quelqu’un une de ces sympathies irrésistibles qui font que, tout en voyant une personne pour la première fois, vous croyez la connaître depuis longtemps, et vous vous demandez où et quand vous l’avez vue ; si bien que, ne pouvant vous rappeler ni le lieu ni le temps, vous arrivez à croire que c’est dans un monde antérieur au nôtre, et que cette sympathie n’est qu’un souvenir qui se réveille ? » (Monte-Cristo, 3e partie, chap. XVIII, l’Enclos à la luzerne.)

« Vous n’avez jamais osé vous élever d’un coup d’aile dans les sphères supérieures que Dieu a peuplées d’êtres invisibles et exceptionnels. — Et vous admettez, monsieur, que ces sphères existent ; que les êtres exceptionnels et invisibles se mêlent à nous ? — Pourquoi pas ? Est-ce que vous voyez l’air que vous respirez, et sans lequel vous ne pourriez pas vivre ? — Alors, nous ne voyons pas ces êtres dont vous parlez. — Si fait ; vous les voyez quand Dieu permet qu’il se matérialisent… » (Monte-Cristo, 3e partie, chap. IX, Idéologie.)


« Et moi, monsieur (Villefort), je vous dis qu’il n’en est point ainsi que vous croyez. Cette nuit, j’ai dormi d’un sommeil terrible, car je me voyais en quelque sorte dormir, comme si mon âme eût déjà plané au-dessus de mon corps ; mes yeux, que je m’efforçais d’ouvrir, se refermaient malgré moi ; et cependant… avec mes yeux fermés, j’ai vu, à l’endroit même où vous êtes, entrer sans bruit une forme blanche. » (Monte-Cristo, 4e partie, chap. XIII, madame Mairan.)


« Une heure avant d’expirer, il m’a dit : Mon père, la foi de nul homme ne peut être plus vive que la mienne, car j’ai vu et entendu parler une âme séparée de son corps. » (François Picaut, suite de Monte-Cristo.)


Il n’y a, dans ces pensées, qu’une toute petite critique à faire, c’est la qualification d’exceptionnels donnée aux êtres invisibles qui nous entourent ; ces êtres n’ont rien d’exceptionnel puisque ce sont les âmes des hommes, et que tous les hommes, sans exception, doivent passer par cet état. Hors cela, ne dirait-on pas ces idées puisées textuellement dans la doctrine ?



[1] [Le Monte-Cristo, Volumes 1-2 Par Alexandre Dumas - Google Books ]


.

Abrir