Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Revue spirite — Année VII — Mai 1864.

 <<< 


L’ÉCOLE SPIRITE AMÉRICAINE.

1. — Quelques personnes demandent pourquoi la doctrine spirite n’est pas la même dans l’ancien et le nouveau continent, et en quoi consiste la différence. C’est ce que nous allons essayer d’expliquer.

Les manifestations, comme on le sait, ont eu lieu dans tous les temps, aussi bien en Europe qu’en Amérique, et aujourd’hui qu’on se rend compte de la chose, on se rappelle une multitude de faits qui étaient passés inaperçus, et l’on en retrouve une foule consignés dans des écrits authentiques. Mais ces faits étaient isolés ; dans ces derniers temps, ils se sont produits aux États-Unis sur une échelle assez vaste pour éveiller l’attention générale des deux côtés de l’Atlantique. L’extrême liberté qui existe dans ce pays y a favorisé l’éclosion des idées nouvelles, et c’est pour cela que les Esprits l’ont choisi pour le premier théâtre de leurs enseignements.

Or, il arrive souvent qu’une idée prend naissance dans une contrée, et se développe dans une autre, ainsi qu’on le voit pour les sciences et l’industrie. Sous ce rapport le génie américain a fait ses preuves, et n’a rien à envier à l’Europe ; mais s’il excelle en tout ce qui concerne le commerce et les arts mécaniques, on ne peut refuser à l’Europe celui des sciences morales et philosophiques. Par suite de cette différence dans le caractère normal des peuples, le Spiritisme expérimental était sur son terrain en Amérique, tandis que la partie théorique et philosophique trouvait en Europe des éléments plus propices à son développement ; aussi est-ce là qu’elle a pris naissance : en peu d’années elle y a conquis la première place. Les faits y ont d’abord éveillé la curiosité ; mais les faits constatés et la curiosité satisfaite, on s’est bientôt lassé d’expériences matérielles sans résultats positifs ; il n’en a plus été de même dès que se sont déroulés les conséquences morales de ces mêmes faits pour l’avenir de l’humanité ; de ce moment le Spiritisme a pris rang parmi les sciences philosophiques ; il a marché à pas de géant, malgré les obstacles qu’on lui a suscités, parce qu’il satisfaisait les aspirations des masses, car on a promptement compris qu’il venait combler un vide immense dans les croyances, et résoudre ce qui jusqu’alors paraissait insoluble.

L’Amérique a donc été le berceau du Spiritisme, mais c’est en Europe qu’il a grandi et fait ses humanités. L’Amérique a-t-elle lieu d’en être jalouse ? Non, car sur d’autres points elle a eu l’avantage. N’est-ce pas en Europe que les machines à vapeur ont pris naissance, et n’est-ce pas d’Amérique qu’elles sont revenues dans des conditions pratiques ? A chacun son rôle selon ses aptitudes, et à chaque peuple le sien, selon son génie particulier.

Ce qui distingue principalement l’école spirite dite américaine de l’école européenne, c’est la prédominance, dans la première, de la partie phénoménale, à laquelle on s’attache plus spécialement, et, dans la seconde, de la partie philosophique. La philosophie spirite d’Europe s’est promptement répandue, parce qu’elle a offert, dès l’abord, un ensemble complet, qu’elle a montré le but et élargi l’horizon des idées ; c’est incontestablement celle qui prévaut aujourd’hui dans le monde entier.

Les États-Unis se sont, jusqu’à ce jour, peu écartés de leurs idées premières ; est-ce à dire que, seuls, ils resteront en arrière du mouvement général ? Ce serait faire injure à l’intelligence de ce peuple. Les Esprits, d’ailleurs, sont là pour le pousser dans la voie commune, en y donnant l’enseignement qu’ils donnent ailleurs ; ils triompheront peu à peu des résistances qui pourraient naître de l’amour-propre national. Si les Américains repoussaient la théorie européenne, parce qu’elle vient d’Europe, ils l’accepteront quand elle surgira au milieu d’eux par la voix même des Esprits ; ils céderont à l’ascendant, non de l’opinion de quelques hommes, mais à celui du contrôle universel de l’enseignement des Esprits, ce puissant critérium, ainsi que nous l’avons démontré dans notre article sur l’autorité de la doctrine spirite ; ce n’est qu’une question de temps, surtout quand les questions de personnes auront disparu.

De tous les principes de la doctrine, celui qui a rencontré le plus d’opposition en Amérique, et par l’Amérique il faut entendre exclusivement les États-Unis, c’est celui de la réincarnation [Voir : La Réincarnation en Amérique] ; on peut même dire que c’est la seule divergence capitale, les autres tenant plutôt à la forme qu’au fond, et cela, parce que les Esprits ne l’y ont pas enseigné ; nous en avons expliqué les motifs. Les Esprits procèdent partout avec sagesse et prudence ; pour se faire accepter, ils évitent de choquer trop brusquement les idées reçues ; ils n’iront pas dire de but en blanc à un musulman que Mahomet est un imposteur. Aux États-Unis, le dogme de la réincarnation serait venu se heurter contre les préjugés de couleur, si profondément enracinés dans ce pays ; l’essentiel était de faire accepter le principe fondamental de la communication du monde visible et du monde invisible ; les questions de détail devaient venir en leur temps. Or, il n’est pas douteux que cet obstacle finira par disparaître, et qu’un des résultats de la guerre actuelle sera l’affaiblissement graduel de préjugés qui sont une anomalie chez une nation aussi libérale.

Si l’idée de la réincarnation n’est pas encore acceptée aux États-Unis d’une manière générale, elle l’est individuellement par quelques-uns, sinon comme principe absolu, du moins avec certaines restrictions, ce qui est déjà quelque chose. Quant aux Esprits, jugeant sans doute que le moment devient propice, ils commencent à l’enseigner avec ménagement dans certains endroits, et carrément dans d’autres ; la question, une fois soulevée, fera son chemin. Du reste, nous avons sous les yeux des communications déjà anciennes obtenues dans ce pays, où, sans y être formellement exprimée, la pluralité des existences est la conséquence forcée des principes émis ; on y voit poindre l’idée. Il n’est donc pas douteux que, dans un temps donné, ce que l’on appelle encore aujourd’hui l’école américaine se fondra dans la grande unité qui s’établit de toutes parts.


2. — Comme preuve de ce que nous avançons, nous citerons l’article suivant, publié dans l’Union, journal de San Francisco, et un extrait de la lettre d’envoi qui l’accompagnait.

« Monsieur Allan Kardec, « Quoique je n’aie point l’honneur d’être connue de vous, je prends, comme médium, la liberté de vous adresser la notice ci-jointe que ces messieurs du journal ont un peu abrégée ; néanmoins, telle qu’elle est, beaucoup de personnes paraissent désirer en savoir davantage ; aussi tous vos livres se répandent, et nos libraires auront bientôt à faire de nouvelles demandes…

« Recevez, etc.

« Pauline Boulay. »


NOTICE SUR LE SPIRITISME.


« Il suffit d’exprimer tout haut des idées que tout le monde ne comprend pas pour être traité d’exalté, d’extravagant et de fou. Il n’est pas nécessaire d’être un bas-bleu pour écrire ce que le cœur et l’âme nous dictent.

« Un esprit fort disait à une dame médium : Comment vous, qui êtes intelligente, pouvez-vous croire aux Esprits invisibles et à la pluralité des existences ? — C’est peut-être parce que je suis intelligente que j’y crois, répondit la dame ; ce que je ressens m’inspire plus de confiance que ce que je vois, attendu que ce que nous voyons nous trompe quelquefois, ce que nous ressentons ne nous trompe jamais ; libre à vous de ne pas y croire. Ceux qui croient à la pluralité des existences ne sont point méchants et sont plus désintéressés que ceux qui n’y croient pas : les incrédules les traitent de fous, cela ne prouve pas qu’ils disent vrai ; au contraire ; douter de la puissance de Dieu c’est l’offenser, nier ce qui existe au delà de ce que nous pouvons palper est un outrage adressé au Créateur.

« On a l’habitude, lorsqu’il nous arrive quelque chose d’extraordinaire, de l’attribuer au hasard. Je me demande qu’est-ce que le hasard ? Le néant, répond la voix de la vérité ; or donc, le néant ne pouvant rien produire, ce qui existe nous vient d’une source productive : il ne serait que très juste de penser que ce qui arrive indépendamment de notre volonté est l’œuvre de la Providence, dirigée par le Maître de nos destinées.

« Quoi que vous disiez, quoi que vous fassiez, esprits forts, vous ne détruirez jamais cette doctrine, qui a toujours existé. L’ignorance des âmes primitives ne leur permettant pas d’en comprendre toute l’étendue, ils s’imaginent qu’après cette vie tout est fini. Erreur ! Nous autres médiums, plus ou moins avancés, nous finirons par vous convaincre.

« Non-seulement le Spiritisme est une consolation, mais encore il développe l’intelligence, détruit toute pensée d’égoïsme, d’orgueil et d’avarice, nous met en communication avec ceux qui nous sont chers, et prépare le progrès ; progrès immense qui détruira insensiblement tous les abus, les révolutions et les guerres.

« L’âme a besoin de se réincarner pour se perfectionner, elle ne peut en une seule vie matérielle apprendre tout ce qu’elle doit savoir pour comprendre l’œuvre du Tout-Puissant. Le corps n’est qu’une enveloppe passagère dans laquelle Dieu envoie une âme pour se perfectionner et subir les épreuves nécessaires à son avancement et à l’accomplissement de la grande œuvre du Créateur, que nous sommes tous appelés à servir lorsque nous aurons fait nos preuves et que nous aurons acquis toutes les perfections. Toutes nos célébrités contemporaines sont autant d’âmes qui ont progressé par le renouvellement des incarnations ; beaucoup d’entre eux sont des médiums écrivains, des génies qui apportent à chaque existence nouvelle les progrès de la science et des arts.

« La liste des hommes de génie augmente chaque année : ce sont autant de guides que Dieu place au milieu de nous pour nous éclairer, nous instruire, en un mot, nous apprendre ce que nous ignorons et qu’il faut absolument que nous sachions ; ils nous montrent la plaie sociale, ils tâchent de détruire nos préjugés, ils mettent au grand jour et sous nos yeux tout le mal produit par l’égoïsme et l’ignorance. Ces génies sont animés par des Esprits supérieurs ; ils ont plus fait pour le progrès et la civilisation que toutes vos fusillades et vos canons, et font verser plus de larmes de reconnaissance et d’attendrissement que tous vos beaux faits d’armes.

« Réfléchissez donc sérieusement au Spiritisme, hommes intelligents, vous y trouverez de grands enseignements ; il n’y a pas de charlatanisme dans cette loi divine, tout y est beau, grand, sublime ; elle seule tend à nous conduire vers la perfection et le véritable bonheur moral.

« Le livre écrit par les médiums, sous la dictée des Esprits supérieurs et errants, est un livre de haute philosophie et d’une instruction aussi profonde qu’éthérée, il traite de tout. Il est vrai que tout le monde n’est pas encore préparé à cette croyance, et pour la comprendre il est nécessaire que l’âme se soit déjà réincarnée plusieurs fois.

« Lorsque tout le monde comprendra le Spiritisme, nos grands poètes seront plus appréciés et on les lira avec attention et respect. Tous nos littérateurs seront compris par tous les peuples, on les admirera sans en être jaloux, parce qu’on connaîtra la cause et les effets.

« L’étude de la science est la plus noble des occupations, le Spiritisme en est la divinité ; par lui nous nous associons au génie, et, comme l’a dit un de nos savants, après l’homme de génie vient celui qui sait le comprendre.

« L’instruction fait de l’Esprit ce qu’un habile bijoutier fait du spécimen, elle lui donne le poli, le brillant qui charme et séduit en rehaussant sa valeur.

« L’âme n’a point de forme proprement dite, c’est une sorte de lumière qui diffère par son intensité suivant le degré de perfection qu’elle a acquise. Plus l’âme a progressé, plus sa couleur est lumineuse.

« Quand vous serez tous médiums, vous pourrez vous entretenir avec les Esprits comme nous le faisons déjà, ils vous diront qu’ils sont plus heureux que nous ; ils nous voient, nous entendent, ils assistent à nos réunions, s’entretiennent avec notre âme pendant notre sommeil, ils se transportent et pénètrent partout où Dieu les envoie.

« Pauline Boulay. »


Nota. — Le principe de la réincarnation se trouve également dans un manuscrit qui nous est adressé de Montréal  †  (Canada), et dont nous parlerons prochainement.


.

Ouvrir