Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Revue spirite — Année VII — Août 1864.

 <<< 


NOTICES BIBLIOGRAPHIQUES.


L’AVENIR.

Moniteur du Spiritisme.

Pendant longtemps nous avons été seul sur la brèche pour soutenir la lutte engagée contre le Spiritisme, mais voici que des champions ont surgi de divers côtés et sont entrés hardiment dans la lice, comme pour donner un démenti à ceux qui prétendent que le Spiritisme s’en va.

D’abord la Vérité à Lyon  †  ; puis à Bordeaux  †  : la Ruche, le Sauveur, la Lumière ; en Belgique  †  : la Revue Spirite d’Anvers ; à Turin  †  : les Annales du Spiritisme en Italie. Nous sommes heureux de dire que tous ont bravement tenu le drapeau, et prouvé à nos adversaires qu’ils trouveraient avec qui compter. Si nous donnons de justes éloges à la fermeté dont ces journaux ont fait preuve, à leurs réfutations pleines de logique, nous devons surtout les louer de ne s’être point écartés de la modération, qui est le caractère essentiel du Spiritisme, en même temps que la preuve de la véritable force ; de n’avoir pas suivi nos antagonistes sur le terrain de la personnalité et de l’injure, signe incontestable de faiblesse, car on n’en arrive à cette extrémité que lorsqu’on est à bout de bonnes raisons. Celui qui a par devers lui des arguments sérieux les fait valoir ; il n’y supplée pas, ou se garde de les affaiblir par un langage indigne d’une bonne cause.

A Paris,  †  un nouveau venu se présente sous le titre sans prétention de l’Avenir, Moniteur du Spiritisme. La plupart de nos lecteurs le connaissent déjà, ainsi que son rédacteur en chef, M. d’Ambel, et ont pu le juger à ses premières armes ; la meilleure réclame est de prouver ce qu’on peut faire ; c’est ensuite le grand jury de l’opinion qui prononce le verdict ; or, nous ne doutons point qu’il ne lui soit favorable, à en juger par l’accueil sympathique qu’il a reçu à son apparition.

A lui donc aussi nos sympathies personnelles, acquises d’avance à toutes les publications de nature à servir valablement la cause du Spiritisme ; car nous ne pourrions consciencieusement appuyer ni encourager celles qui, par la forme ou par le fond, volontairement ou par imprudence, lui seraient plutôt nuisibles qu’utiles, en égarant l’opinion sur le véritable caractère de la doctrine, ou en prêtant le flanc aux attaques et aux critiques fondées de nos ennemis. En pareil cas, l’intention ne peut être réputée pour le fait.



Il y a une image de ce article dans le service Google — Recherche de livres (Revue Spirite 1864). [Remarque du compilateur : Lors de la numérisation de la Revue Spirite d’août 1863, qui n’existe pas, les articles du mois d’août 1864 ont été numérisés, avec la même identification que la Revue Spirite de 1863. (id=0ehAAAAAYAAJ)]


.

Ouvrir