Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Le Livre des Esprits — Livre III.

 <<< 


Chapitre XI.


X. LOI DE JUSTICE, D’AMOUR ET DE CHARITÉ.

1. Justice et droits naturels. (873-879.)2. Droit de propriété. Vol (880-885.) — 3. Charité et amour du prochain. (886-889.) — 4. Amour maternel et filial. (890-892.)


Justice et droits naturels.


873. Le sentiment de la justice est-il dans la nature, ou le résultat d’idées acquises ?

1 « Il est tellement dans la nature que vous vous révoltez à la pensée d’une injustice. 2 Le progrès moral développe sans doute ce sentiment, mais il ne le donne pas : Dieu l’a mis dans le cœur de l’homme ; voilà pourquoi vous trouvez souvent chez des hommes simples et primitifs des notions plus exactes de la justice que chez ceux qui ont beaucoup de savoir. »


874. Si la justice est une loi de nature, comment se fait-il que les hommes l’entendent d’une manière si différente, et que l’un trouve juste ce qui paraît injuste à l’autre ?

« C’est qu’il s’y mêle souvent des passions qui altèrent ce sentiment, comme la plupart des autres sentiments naturels, et font voir les choses sous un faux point de vue. »


875. Comment peut-on définir la justice ?

« La justice consiste dans le respect des droits de chacun. »


a — Qu’est-ce qui détermine ces droits ?

1 « Ils le sont par deux choses : la loi humaine et la loi naturelle. Les hommes ayant fait des lois appropriées à leurs mœurs et à leur caractère, ces lois ont établi des droits qui ont pu varier avec le progrès des lumières. Voyez si vos lois d’aujourd’hui, sans être parfaites, consacrent les mêmes droits qu’au moyen âge ; ces droits surannés, qui vous paraissent monstrueux, semblaient justes et naturels à cette époque. 2 Le droit établi par les hommes n’est donc pas toujours conforme à la justice ; 3 il ne règle d’ailleurs que certains rapports sociaux, tandis que, dans la vie privée, il est une foule d’actes qui sont uniquement du ressort du tribunal de la conscience. »


876. En dehors du droit consacré par la loi humaine, quelle est la base de la justice fondée sur la loi naturelle ?

1 « Le Christ vous l’a dit : ( † ) Vouloir pour les autres ce que vous voudriez pour vous-même. Dieu a mis dans le cœur de l’homme la règle de toute véritable justice, par le désir de chacun de voir respecter ses droits. 2 Dans l’incertitude de ce qu’il doit faire à l’égard de son semblable dans une circonstance donnée, que l’homme se demande comment il voudrait qu’on en usât envers lui en pareille circonstance : Dieu ne pouvait lui donner un guide plus sûr que sa propre conscience. »


3 Le critérium de la véritable justice est, en effet, de vouloir pour les autres ce qu’on voudrait pour soi-même, et non de vouloir pour soi ce qu’on voudrait pour les autres, ce qui n’est pas du tout la même chose. 4 Comme il n’est pas naturel de se vouloir du mal, en prenant son désir personnel pour type ou point de départ, on est certain de ne jamais vouloir que du bien pour son prochain. 5 De tout temps, et dans toutes les croyances, l’homme a toujours cherché à faire prévaloir son droit personnel ; le sublime de la religion chrétienne a été de prendre le droit personnel pour base du droit du prochain.


877. La nécessité pour l’homme de vivre en société entraîne-t-elle pour lui des obligations particulières ?

1 « Oui, et la première de toutes est de respecter les droits de ses semblables ; celui qui respectera ces droits sera toujours juste. 2 Dans votre monde où tant d’hommes ne pratiquent pas la loi de justice, chacun use de représailles, et c’est là ce qui fait le trouble et la confusion de votre société. 3 La vie sociale donne des droits et impose des devoirs réciproques. »


878. L’homme pouvant se faire illusion sur l’étendue de son droit, qu’est-ce qui peut lui en faire connaître la limite ?

« La limite du droit qu’il reconnaît à son semblable envers lui dans la même circonstance et réciproquement. »


a — Mais si chacun s’attribue les droits de son semblable, que devient la subordination envers les supérieurs ? N’est-ce pas l’anarchie de tous les pouvoirs ?

1 « Les droits naturels sont les mêmes pour tous les hommes depuis le plus petit jusqu’au plus grand ; Dieu n’a pas fait les uns d’un limon plus pur que les autres, et tous sont égaux devant lui. 2 Ces droits sont éternels ; ceux que l’homme a établis périssent avec ses institutions. 3 Du reste, chacun sent bien sa force ou sa faiblesse, et saura toujours avoir une sorte de déférence pour celui qui le méritera par sa vertu et sa sagesse. C’est important de mettre cela, afin que ceux qui se croient supérieurs connaissent leurs devoirs pour mériter ces déférences. 4 La subordination ne sera point compromise, quand l’autorité sera donnée à la sagesse. »


879. Quel serait le caractère de l’homme qui pratiquerait la justice dans toute sa pureté ?

« Le vrai juste, à l’exemple de Jésus ; car il pratiquerait aussi l’amour du prochain et la charité, sans lesquels il n’y a pas de véritable justice. »


Droit de propriété. Vol.


880. Quel est le premier de tous les droits naturels de l’homme ?

« C’est de vivre ; c’est pourquoi nul n’a le droit d’attenter à la vie de son semblable, ni de rien faire qui puisse compromettre son existence corporelle. »


881. Le droit de vivre donne-t-il à l’homme le droit d’amasser de quoi vivre pour se reposer quand il ne pourra plus travailler ?

« Oui, mais il doit le faire en famille, comme l’abeille, par un travail honnête, et ne pas amasser comme un égoïste. Certains animaux mêmes lui donnent l’exemple de la prévoyance. »


882. L’homme a-t-il le droit de défendre ce qu’il a amassé par le travail ?

1 « Dieu n’a-t-il pas dit : Tu ne déroberas point ; et Jésus : Il faut rendre à César ce qui appartient à César ? »


2 Ce que l’homme amasse par un travail honnête est une propriété légitime qu’il a le droit de défendre, car la propriété qui est le fruit du travail est un droit naturel aussi sacré que celui de travailler et de vivre.


883. Le désir de posséder est-il dans la nature ?

« Oui ; mais quand c’est pour soi seul et pour sa satisfaction personnelle, c’est de l’égoïsme. »


a — Cependant le désir de posséder n’est-il pas légitime, puisque celui qui a de quoi vivre n’est à charge à personne ?

1 « Il y a des hommes insatiables et qui accumulent sans profit pour personne, ou pour assouvir leurs passions. Crois-tu que cela soit bien vu de Dieu ? 2 Celui au contraire qui amasse par son travail, en vue de venir en aide à ses semblables, pratique la loi d’amour et de charité, et son travail est béni de Dieu. »


884. Quel est le caractère de la propriété légitime ?

1 « Il n’y a de propriété légitime que celle qui a été acquise sans préjudice pour autrui. » (808.)


2 La loi d’amour et de justice défendant de faire à autrui ce que nous ne voudrions pas qu’on nous fît, condamne par cela même tout moyen d’acquérir qui serait contraire à cette loi.


885. Le droit de propriété est-il indéfini ?

1 « Sans doute, tout ce qui est acquis légitimement est une propriété ; 2 mais, comme nous l’avons dit, la législation des hommes étant imparfaite consacre souvent des droits de convention que la justice naturelle réprouve. C’est pourquoi ils réforment leurs lois à mesure que le progrès s’accomplit et qu’ils comprennent mieux la justice. 3 Ce qui semble parfait dans un siècle semble barbare dans le siècle suivant. » (795.)


Charité et amour du prochain.


886. Quel est le véritable sens du mot charité tel que l’entendait Jésus ?

1 « Bienveillance pour tout le monde, indulgence pour les imperfections d’autrui, pardon des offenses. »


2 L’amour et la charité sont le complément de la loi de justice, car aimer son prochain, c’est lui faire tout le bien qui est en notre pouvoir et que nous voudrions qui nous fût fait à nous-mêmes. Tel est le sens des paroles de Jésus : Aimez-vous les uns les autres comme des frères.

3 La charité, selon Jésus, n’est pas restreinte à l’aumône ; elle embrasse tous les rapports que nous avons avec nos semblables, qu’ils soient nos inférieurs, nos égaux ou nos supérieurs. 4 Elle nous commande l’indulgence, parce que nous en avons besoin nous-mêmes ; elle nous défend d’humilier l’infortune, contrairement à ce qui se pratique trop souvent. 5 Qu’une personne riche se présente, on a pour elle mille égards, mille prévenances ; si elle est pauvre, on semble n’avoir pas besoin de se gêner avec elle. 6 Plus sa position est à plaindre, plus on doit craindre au contraire d’ajouter à son malheur par l’humiliation. 7 L’homme vraiment bon cherche à relever l’inférieur à ses propres yeux, en diminuant la distance.


887. Jésus a dit aussi : Aimez même vos ennemis. Or, l’amour pour nos ennemis n’est-il pas contraire à nos tendances naturelles, et l’inimitié ne provient-elle pas du défaut de sympathie entre les Esprits ?

1 « Sans doute on ne peut pas avoir pour ses ennemis un amour tendre et passionné ; ce n’est pas ce qu’il a voulu dire ; 2 aimer ses ennemis, c’est leur pardonner et leur rendre le bien pour le mal ; 3 par là on leur devient supérieur ; par la vengeance on se place au-dessous d’eux. »


888. Que penser de l’aumône ?

1 « L’homme réduit à demander l’aumône se dégrade au moral et au physique : il s’abrutit. 2 Dans une société basée sur la loi de Dieu et la justice, il doit être pourvu à la vie du faible sans humiliation pour lui. Elle doit assurer l’existence de ceux qui ne peuvent travailler, sans laisser leur vie à la merci du hasard et de la bonne volonté. »


a — Est-ce que vous blâmez l’aumône ?

1 « Non ; ce n’est pas l’aumône qui est blâmable, c’est souvent la manière dont elle est faite. 2 L’homme de bien qui comprend la charité selon Jésus va au-devant du malheureux sans attendre qu’il lui tende la main.

3 « La vraie charité est toujours bonne et bienveillante ; elle est autant dans la manière que dans le fait. 4 Un service rendu avec délicatesse double de prix ; s’il l’est avec hauteur, le besoin peut le faire accepter, mais le cœur en est peu touché.

5 « Souvenez-vous aussi que l’ostentation enlève aux yeux de Dieu le mérite du bienfait. 6 Jésus a dit : Que votre main gauche ignore ce que donne votre main droite ; il vous apprend par là à ne point ternir la charité par l’orgueil.

7 « Il faut distinguer l’aumône proprement dite de la bienfaisance. 8 Le plus nécessiteux n’est pas toujours celui qui demande ; la crainte d’une humiliation retient le vrai pauvre, et souvent il souffre sans se plaindre ; c’est celui-là que l’homme vraiment humain sait aller chercher sans ostentation.

9 « Aimez-vous les uns les autres, c’est toute la loi, loi divine par laquelle Dieu gouverne les mondes. 10 L’amour est la loi d’attraction pour les êtres vivants et organisés ; 11 l’attraction est la loi d’amour pour la matière inorganique.

12 « N’oubliez jamais que l’Esprit, quel que soit son degré d’avancement, sa situation comme réincarnation ou erraticité, est toujours placé entre un supérieur qui le guide et le perfectionne, et un inférieur vis-à-vis duquel il a les mêmes devoirs à remplir. 13 Soyez donc charitables, non seulement de cette charité qui vous porte à tirer de votre bourse l’obole que vous donnez froidement à celui qui ose vous la demander, mais allez au-devant des misères cachées. 14 Soyez indulgents pour les travers de vos semblables ; 15 au lieu de mépriser l’ignorance et le vice, instruisez-les et moralisez-les ; 16 soyez doux et bienveillants pour tout ce qui vous est inférieur ; soyez le même à l’égard des êtres les plus infimes de la création, et vous aurez obéi à la loi de Dieu. »


Saint Vincent de Paul.


889. N’y a-t-il pas des hommes réduits à la mendicité par leur faute ?

« Sans doute, mais si une bonne éducation morale leur eût appris à pratiquer la loi de Dieu, ils ne tomberaient pas dans les excès qui causent leur perte ; c’est de là surtout que dépend l’amélioration de votre globe. » (707.)


Amour maternel et filial.


890. L’amour maternel est-il une vertu ou un sentiment instinctif commun aux hommes et aux animaux ?

1 « C’est l’un et l’autre. La nature a donné à la mère l’amour de ses enfants dans l’intérêt de leur conservation ; 2 mais chez l’animal cet amour est limité aux besoins matériels : il cesse quand les soins deviennent inutiles ; 3 chez l’homme il persiste toute la vie, et comporte un dévouement et une abnégation qui sont de la vertu ; 4 il survit même à la mort, et suit l’enfant au-delà du tombeau ; vous voyez bien qu’il y a en lui autre chose que chez l’animal. » (205, 385.)


891. Puisque l’amour maternel est dans la nature, pourquoi y a-t-il des mères qui haïssent leurs enfants, et cela souvent dès leur naissance ?

1 « C’est quelquefois une épreuve choisie par l’Esprit de l’enfant, ou une expiation si lui-même a été mauvais père, ou mauvaise mère, ou mauvais fils, dans une autre existence. (392.) 2 Dans tous les cas, la mauvaise mère ne peut être animée que par un mauvais Esprit qui tâche d’entraver celui de l’enfant afin qu’il succombe sous l’épreuve qu’il a voulue ; 3 mais cette violation des lois de la nature ne sera pas impunie, et l’Esprit de l’enfant sera récompensé des obstacles qu’il aura surmontés. »


892. Lorsque des parents ont des enfants qui leur causent des chagrins, ne sont-ils pas excusables de n’avoir pas pour eux la tendresse qu’ils auraient eue dans le cas contraire ?

1 « Non, car c’est une charge qui leur est confiée, et leur mission est de faire tous leurs efforts pour les ramener au bien. (582-583.) 2 Mais ces chagrins sont souvent la suite du mauvais pli qu’ils leur ont laissé prendre dès le berceau ; ils récoltent alors ce qu’ils ont semé. »



Il y a deux images de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Deuxième édition - 1860) et (Quatorzième édition - 1866.)


.

Ouvrir