Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Le Livre des Esprits — Livre III.

 <<< 


Chapitre VII.


VI. LOI DE SOCIÉTÉ.

1. Nécessité de la vie sociale. (766-768.)2. Vie d’isolement. Vœu de silence. (769-772.) — 3. Liens de famille. (773-775.)


Nécessité de la vie sociale.


766. La vie sociale est-elle dans la nature ?

« Certainement ; Dieu a fait l’homme pour vivre en société. Dieu n’a pas donné inutilement à l’homme la parole et toutes les autres facultés nécessaires à la vie de relation. »


767. L’isolement absolu est-il contraire à la loi de nature ?

« Oui, puisque les hommes cherchent la société par instinct et qu’ils doivent tous concourir au progrès en s’aidant mutuellement. »


768. L’homme, en recherchant la société, ne fait-il qu’obéir à un sentiment personnel, ou bien y a-t-il dans ce sentiment un but providentiel plus général ?

1 « L’homme doit progresser ; seul, il ne le peut pas, parce qu’il n’a pas toutes les facultés ; il lui faut le contact des autres hommes. 2 Dans l’isolement, il s’abrutit et s’étiole. »


3 Nul homme n’a des facultés complètes ; par l’union sociale ils se complètent les uns par les autres pour assurer leur bien-être et progresser ; c’est pourquoi, ayant besoin les uns des autres, ils sont faits pour vivre en société et non isolés.


Vie d’isolement. Vœu de silence.


769. On conçoit que, comme principe général, la vie sociale soit dans la nature ; mais comme tous les goûts sont aussi dans la nature, pourquoi celui de l’isolement absolu serait-il condamnable, si l’homme y trouve sa satisfaction ?

1 « Satisfaction d’égoïste. Il y a aussi des hommes qui trouvent une satisfaction à s’enivrer ; les approuves-tu ? 2 Dieu ne peut avoir pour agréable une vie par laquelle on se condamne à n’être utile à personne. »


770. Que penser des hommes qui vivent dans la réclusion absolue pour fuir le contact pernicieux du monde ?

« Double égoïsme. »


a — Mais si cette retraite a pour but une expiation en s’imposant une privation pénible, n’est-elle pas méritoire ?

1 « Faire plus de bien qu’on n’a fait de mal, c’est la meilleure expiation. 2 En évitant un mal, il tombe dans un autre, puisqu’il oublie la loi d’amour et de charité. »


771. Que penser de ceux qui fuient le monde pour se vouer au soulagement des malheureux ?

1 « Ceux-là s’élèvent en s’abaissant. 2 Ils ont le double mérite de se placer au-dessus des jouissances matérielles, et de faire le bien par l’accomplissement de la loi du travail. »


a — Et ceux qui cherchent dans la retraite la tranquillité que réclament certains travaux ?

« Ce n’est point là la retraite absolue de l’égoïste ; ils ne s’isolent pas de la société, puisqu’ils travaillent pour elle. »


772. Que penser du vœu de silence prescrit par certaines sectes dès la plus haute antiquité ?

1 « Demandez-vous plutôt si la parole est dans la nature, et pourquoi Dieu l’a donnée. 2 Dieu condamne l’abus et non l’usage des facultés qu’il a accordées. 3 Cependant, le silence est utile ; car dans le silence tu te recueilles ; ton esprit devient plus libre et peut alors entrer en communication avec nous ; 4 mais vœu de silence est une sottise. Sans doute, ceux qui regardent ces privations volontaires comme des actes de vertu ont une bonne intention ; mais ils se trompent parce qu’ils ne comprennent pas suffisamment les véritables lois de Dieu. »


5 Le vœu de silence absolu, de même que le vœu d’isolement, prive l’homme des relations sociales qui peuvent lui fournir les occasions de faire le bien et d’accomplir la loi du progrès.


Liens de famille.


773. Pourquoi, chez les animaux, les parents et les enfants ne se reconnaissent-ils plus lorsque ceux-ci n’ont plus besoin de soins ?

« Les animaux vivent de la vie matérielle, et non de la vie morale. La tendresse de la mère pour ses petits a pour principe l’instinct de conservation des êtres auxquels elle a donné le jour ; quand ces êtres peuvent se suffire à eux-mêmes, sa tâche est remplie, la nature ne lui en demande pas davantage ; c’est pourquoi elle les abandonne pour s’occuper des nouveaux venus. »


774. Il y a des personnes qui infèrent de l’abandon des petits des animaux par leurs parents que, chez l’homme, les liens de famille ne sont qu’un résultat des mœurs sociales et non une loi de nature ; qu’en devons-nous penser ?

1 « L’homme a une autre destinée que les animaux ; pourquoi donc toujours vouloir l’assimiler à eux ? Chez lui, il y a autre chose que des besoins physiques : il y a la nécessité du progrès ; les liens sociaux sont nécessaires au progrès, 2 et les liens de famille resserrent les liens sociaux : voilà pourquoi les liens de famille sont une loi de nature. Dieu a voulu que les hommes apprissent ainsi à s’aimer comme des frères. » (205.)


775. Quel serait, pour la société, le résultat du relâchement des liens de famille ?

« Une recrudescence d’égoïsme. »



Il y a deux images de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Deuxième édition - 1860) et (Quatorzième édition - 1866.)


.

Ouvrir